MUSIQUE // Ma rencontre avec Célien Schneider

Attention, vous constaterez l’originalité du titre de cet article, mais au risque de vous surprendre, il correspond tout à fait à la manière dont je résumerais mon entrevue de lundi avec le jeune artiste suisse Célien Schneider, parce que c’était bel et bien une rencontre plus qu’une simple interview et une rencontre fort sympathique! Découvrez dans la suite du post les réponses à la question à un million : MaisQuiEstDoncCélienSchneider?

Je vous avais déjà présenté l’artiste dans mon précédent article ici, et c’est aujourd’hui avec des infos exclusives que je viens vous en apprendre un peu plus au sujet de cet auteur compositeur interprète talentueux avec qui j’ai pu discuté dans le cadre charmant de l’hôtel O à Paris.

Attention ça tourne, et… Action!

celien_schneidercelien_schneider2

J : Pourrais-tu commencer par te présenter ?

C : Je m’appelle Célien Schneider, je décrirais mon projet musical comme de la pop folk anglo-saxonne. Je viens de suisse, j’ai un parcours un peu particulier, j’ai fait des études comme un étudiant normal et puis à côté de ça je faisais beaucoup de musique. Puis j’ai eu l’occasion de pouvoir signer dans un label et je me suis lancé dans la musique.

 

Quelles études as-tu fait ?

Chez moi à Lausanne en Suisse, j’ai fait un bachelor de lettres ensuite j’ai fait un master en littérature puis un MBA, et donc c’est pendant ce MBA que j’ai eu l’occasion de signer chez Mercury.

 

Est-ce que tu as eu un déclic qui t’a fait prendre conscience que malgré la nécessité de faire des études, tu voulais véritablement faire de la musique ? Ta réussite est-elle due à beaucoup de démarches de ta part ou une grande part de chance ?

Un peu des deux en fait. Je pense qu’à partir du moment où tu fais de la musique, si tu as l’occasion de ne pouvoir faire que ça, tu le fais. C’est vraiment une passion, quelque chose que tu as dans les tripes. J’ai eu cette occasion là, mais peut être que si je n’avais pas eu cette opportunité je n’aurais pas poussé mais je pense que c’est quelque chose qui devait être de toute façon. Je n’ai pas eu de déclic en me disant « je vais arrêter les études et faire de la musique », la musique est venue à moi, j’ai eu cette chance que l’on vienne me chercher et qu’on vienne me dire « ce que tu fais c’est bien, il faut que tu fasses écouter ça à quelqu’un ».

 

Où en serais-tu aujourd’hui si tu n’avais pas eu cette chance-là ?

Je serais probablement parti dans d’autres pays. Et je pense que j’aurais fini enseignant ce qui est un très beau métier aussi. Mais la musique a toujours été là, cela me prenait autant de temps que le reste, je passais des heures derrière mon piano à faire des compos mais je le faisais par plaisir, je ne le faisais pas du tout parce que je voulais être chanteur. A la base je ne le voyais pas comme un travail.

 

Depuis combien de temps travailles-tu sur ton album « Come rain or shine » qui sort en mars prochain ?

Ça fait très longtemps. Il faut savoir qu’avant de signer cela faisait déjà 5 ans que je composais, j’avais 25 ans lorsque j’ai signé avec un label et j’avais commencé à composer vers 18 ans, puis des choses plus sérieuses à l’âge de 20 ans. J’avais déjà énormément de chansons faites, j’ai donc trié ce que j’avais déjà fait et j’ai fait le choix qui me correspondait le mieux et puis j’ai retravaillé les chansons que j’avais choisi pour l’EP qui est sorti par la suite. Après l’EP, j’ai retravaillé ces mêmes chansons, elles seront donc sur l’album mais je ne chante plus la même chose car j’ai fait énormément de choses depuis et la manière que j’avais de chanter avant n’a plus rien à voir avec ce que je suis aujourd’hui. L’album sera donc composé de chansons qui ont été faites il y a longtemps mais chantées par la personne que je suis maintenant.

 

Est-ce que tu dirais que les chansons sont donc restées les mêmes ou sont-elles devenues des chansons complètement différentes ?

Je pense que ce sont les mêmes chansons mais ce n’est plus la même personne qui les chante.

 

Et donc parmi ces chansons quelle est la plus vieille, celle qui t’a convaincu dès le début ?

Soit Sunday Morning soit O’sailor, je crois que c’est O’sailor, il y en a eu beaucoup avant mais c’est une des premières où je me suis dit que j’étais moi-même satisfait et que si un jour je faisais un album, je la choisirai.

 

Y-a-t-il un fil conducteur dans cet album ou chaque chanson a-t-elle sa propre histoire?

Il n’y a pas vraiment de fil conducteur, les chansons correspondent toujours à un instant T, à une émotion dans laquelle j’étais quand je les ai écrites et composées, il y en a qui ont été composées tout de suite, très rapidement et d’autres qui ont pris du temps car j’allais chercher ce qui ferait de la chanson un titre unique et cela peut me prendre des mois, voire des années. Le seul fil conducteur est que c’est moi qui les ai écrites et que ce sont donc toujours mes émotions qui sont à prendre en compte dans les chansons. Ce n’est pas un album concept. Les chansons sont des tableaux de ma vie.

 

Les chansons correspondent-elles à des choses extérieures à ton quotidien ou sont-elles vraiment inspirées de ta vie ? Je pense notamment à A Better Lie.

Il y a toujours des choses qui viennent de moi, étant donné que je les écris et compose. Mais à la base pour moi la composition est plus une émotion qui va se retranscrire en musique car je n’arrive pas à l’exprimer d’une manière autre. Concernant les textes, je compose sans parole puis j’ai des phrases qui me viennent et ces phrases me permettent de tisser des histoires qui viennent de certains faits, je vais donc écrire en suivant cette trame. Beaucoup d’autres personnes ou situations m’inspirent. La musique est totalement personnelle, elle ne s’explique pas, après les textes je peux les trouver chez moi, chez des amis etc. Mais je n’aurais pas de textes engagés. Les thèmes que j’aborde sont plutôt des thèmes personnels, la nostalgie, l’enfance, l’amour, j’aime aussi faire des choses un peu kitchs.

 

C’est du à tes sources d’inspirations j’imagine, quelles sont-elles ?

Mon père écoutait beaucoup la musique des années 60, la pop et un peu le rock, puis j’ai commencé à écouter des chansons un peu plus mainstream. Les Beatles par exemple. Et en grandissant j’ai commencé à écouter un peu le pop rock des années 90-2000 comme Coldplay. J’essaye donc toujours de mettre un accent Folk à mes compositions.

 

Y-a-t-il malgré tout ça des musiques ou des styles que tu adore et qui pourraient nous surprendre ?

Ah oui j’ai quelques guilty pleasures comme on dit. Par exemple quand j’étais plus jeune j’aimais bien les chansons de Britney, elle a de supers compos, j’ai toujours aimé mais maintenant cela devient un peu trop dance. Mais je peux apprécier, certains morceaux de ce que j’appelle la pop bien sale. Rihanna par exemple a des chansons qui sont sympas. Après il y a des morceaux que je trouve affreux, que je ne peux pas écouter parce que je les trouve trop vulgaires. Mais si la compo est bonne, je peux l’écouter. Une bonne chanson tu peux la jouer au piano et elle sera forcément belle, après il y a toute la production et le côté marketing qu’il y a derrière. Les musiques de film m’ont beaucoup inspirées également car en plus de la musique il y a tout un univers autour qui peut me charmer. Mais on peut trouver des accents pop très FM dans mes chansons, je peux même exagérer un peu ça et les rendre un peu plus kitchs.

 

Pourquoi avoir faire le choix de chanter en anglais ?

Il n’y a pas vraiment de raison objective c’est surtout une question de sonorité. Déjà étant plus jeune tout ce que j’écoutais était principalement en anglais, j’écoutais pas mal de musique française mais surtout de la vieille chanson française. J’aime beaucoup des artistes comme Michel Berger, Polnareff, Barbara, Brell, Brasens. Concernant mes mélodies, je trouve que ça sonne mieux en anglais parce que ce qui m’importe le plus dans la musique c’est faire de la mélodie et le français ne rendait pas service à mes mélodies alors que l’anglais les agrémentait en quelque sorte, c’est la raison plus rationnelle. Mais plus simplement c’est aussi parce que j’aime beaucoup chanter en anglais.

 

Si tu devais choisir un artiste avec qui faire un duo, qui serait-il ?

Je prendrais une fille et je choisirais… Likke Ly.

 

Tu as parlé tout à l’heure des Beatles, qui t’ont beaucoup inspirés, si tu t’identifiais à un des Beatles, lequel ce serait et pourquoi ?

Tout le monde dirait que ce serait plus John Lenon mais moi je préfère Paul McCartney. Je préfère ce qu’a fait en solo John Lenon mais au sein du groupe, c’est selon moi Paul McCartney qui a mis sa patte sur les chansons que je préfère.

 

J’ai lu également que tu avais fait du théâtre, est-ce que tu penses que ça a apporté quelque chose à tes interprétations, plus d’aisance et de confiance en toi peut être ?

Je ne pense pas parce que la musique fait vraiment partie d’un autre domaine. La musique c’est une partie de mon être que je mets à nue sur scène alors que le théâtre j’avais juste à prendre le texte et jouer, je ne me mettais pas moi-même en danger. Je ne peux pas jouer quand je chante mes chansons parce que chanter mes propres morceaux c’est livrer une partie de moi-même. Après cela m’aide à me sentir à l’aise dans le sens où j’ai énormément le trac avant de monter sur scène mais j’y vais, je ne suis au bord de la crise de panique.

 

Et est-ce que cela t’aurait donné des idées de projets futurs type théâtre, cinéma… ?

Pourquoi pas si l’occasion se présente mais pour l’instant j’ai beaucoup de choses à faire musicalement parlant.

 

Concernant tes clips, est-ce qu’il y des choses visuellement dont tu aimerais t’inspirer ? Parce que le clip est aussi une forme de jeu particulier.

Les clips sont vraiment de la comédie, je m’amuse vraiment dans mes clips. Mais je chante quand même ma chanson et je dois donc mettre la même émotion que ce soit sur scène ou ailleurs. Il faut vraiment que cela me ressemble et que ça ressemble à ma musique. Je serais prêt à faire quasiment n’importe quoi tant que l’idée me plaît.

 

Il y a un clip récemment qui t’a inspiré ? Que tu as trouvé original et ingénieux.

Lana del Rey a souvent de jolis clips, j’aime beaucoup le clip de Ride. Et j’aime beaucoup un des clips de l’artiste Saint Vincent, certains clips de Bon Iver comme celui de la chanson Michigan extraite du dernier album.

 

Tu viens donc des montagnes suisses, est-ce que tu vois aujourd’hui une différence entre le public suisse et le public français ?

Les suisses sont très contents d’avoir un artiste suisse parce qu’il se passe beaucoup de choses là-bas sur la scène musicale mais j’ai une histoire particulière parce que j’ai signé en France, ils sont très accueillants ; il y a aussi ce côté fierté qui est en jeu qui donne une autre énergie. Ça se passe également très bien en France, les publics sont très chaleureux même si j’appréhendais un peu au départ la façon dont j’allais être accueilli, finalement ça s’est très bien passé.

 

As-tu pour projet de partir à la conquête d’autres pays ?

J’aimerais beaucoup aller en Allemagne parce que je parle un peu Allemand et j’ai toujours adoré ce pays. Les pays du nord ont une super scène pop folk : Danemark, Suède…

 

Un grand merci à Célien !

celien_schneider_moi

Et pour finir, puisqu’on parle de musique…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=tE-LftosdQg[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=7GVkBUptqo4[/youtube]

Laisser un commentaire