CINEMA // LA CREME DE LA CREME // NYMPHOMANIAC VOL.1

Nymphomaniac

hr_Nymphomaniac _Part_One_22NYMPHOMANIAC

J’hésitais à faire une critique sur ce film, de peur qu’on ne me prenne pour une perverse pathologique (Oui j’essaye de faire bonne figure, j’essaye), mais après tout, le 7ème art reste le 7ème art, et un film de Lars Von Trier ne mérite pas moins d’être passé en revue qu’un dessin animé Pixar, bien au contraire. Alors, Nymphomaniac. Je vais faire l’impasse sur les scènes « Olé Olé » comme on dit dans le jargon, qui sont certes nécessaires à l’histoire, mais sur lesquelles je ne trouve pas nécessaire de débattre. Elles sont ce qu’elles sont, crues, libres de toute pudeur, violentes. Je dirais que globalement on a là un excellent film, visuellement brillant, un jeu d’acteurs juste, maîtrisé. Le scénario est mené d’une main de maître, les personnages choquent, intimident et interpellent. On y assiste au paradoxe humain, à la culpabilité en demi-teinte d’une quinqua nymphomane racontant son histoire, ses débuts d’addict au sexe ; à un homme doux, patient, curieux, qui semble être complètement dénué de tout sens du préjugé. Joe (Charlotte Gainsbourg), paraît à la fois fragile et convaincue, sans aucun regret et pourtant consciente du mal qu’elle a fait et de celui qu’elle a subi. On s’y interroge sur l’amour, l’amour et le sexe, l’amour paternel. Palier la souffrance par le sexe, le sexe désinvolte, futile, un exutoire. Et pourtant, lisez entre les lignes ; il ne suffit pas d’observer, Lars Von Trier nous invite à comprendre, à ressentir, à écouter, le bruissement des feuilles de frêne sous une brise légère, les mots délicats d’un père à sa fille, le seul être ayant jamais démontré le moindre respect à cette femme blessée, ayant perdue toute dignité. Je vous conseille vivement de laisser parler votre curiosité et de voir ce film, certains ne seront probablement pas du tout séduits, mais soyons ce personnage, celui de Seligman, écoutons cette histoire, efforçons nous de comprendre le parcours de Joe. Volume 1.

 

Two cinema tickets.

 La-Creme-de-la-creme-film

affiche-la-creme-de-la-creme-filmLA CRÈME DE LA CRÈME

Pour resituer un peu le contexte, j’avoue ne pas avoir la possibilité d’être complètement objective face à ce film, et pour cause, je suis en école de commerce. Pas dans une des parisiennes (mais rassurez-vous, je le vis bien et même très bien), mais les similitudes sont tout de même nombreuses. Je m’attendais à un résultat bien pire. Beaucoup de scènes m’ont faites sourire en partie parce que cela me rappelait des souvenirs de mon propre parcours en école, et c’est en ça qu’il me semble difficile d’être objective. Voilà pour la partie un peu légère. Les personnages, parfois un peu caricaturaux, sont malgré tout plutôt bien interprétés. Les amitiés sont néanmoins complètement incohérentes et surréalistes, on n’est pas chez les Bisounours et une « star » de l’école ne va pas porter une considération inébranlable à un « fantôme » juste pour une histoire de business.

Pour ce qui est de l’intrigue principale de l’histoire, aucune prise de risque de la part du réalisateur selon moi. On n’est ni dans le trash exacerbé à la « Spring Breakers » ni dans l’accusation moralisatrice. Et pourtant ! Un réseau de prostitution dans une école supérieure de commerce parisienne, rondement mené au cours de soirées traditionnellement bien trop arrosées, orgies de vulgarité ; s’il n’y avait pas un aspect clairement immoral et abjecte à dénoncer ? Eh bien non, on ne sait pas ce que Kim Chapiron a voulu nous dire. Pas de parti pris, on reste dans la guimauve juste un peu pimentée. Parce que la provoc’ séduit et fascine, Chapiron nous en a balance une petite pincée, parce que c’est vendeur. Mais qu’est-ce qu’on en retient ?

Ce que j’en ai retenu, de mon point de vue c’est une simple question, ce film est-il une caricature ou sommes-nous réellement des bêtes de foire ? La réponse me viendra probablement avec le recul.

Mais étant moi-même très mitigée, je suis curieuse d’avoir votre opinion sur ce film.

6 réflexions sur “ CINEMA // LA CREME DE LA CREME // NYMPHOMANIAC VOL.1 ”

Laisser un commentaire