« Fantômes », défilé Jean-Charles De Castelbajac

DSC_0550

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/94142863″ params= » » width= » 100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

A l’occasion du Festival Mode & Design, le grand, l’illustre, Jean-Charles de Castelbajac a offert au public montréalais un show très spécial, au-delà de la mode, au-delà des codes du fashion runway, plus qu’un simple défilé, un show visuel et sonore éblouissant.

Je commencerais par l’aspect cynique de l’évènement parce que mon petit doigt me dit de le faire, je dois donc m’y résoudre. On comptera donc l’abandon prématuré de deux mannequins pourtant très motivées au moment de débouler des starting-blocks. Elles ont malheureusement succombé à la chaleur et aux appareils de torture qui tourmentaient leurs pieds qu’on appelle communément chez les moldus, chaussures. Même s’il est peu probable qu’il m’arrive une nouvelle fois d’être aussi bien placée lors d’un défilé, mon dos me lance encore des jurons inquisiteurs tant il a souffert de cette longue attente. Un bon fauteuil en front row avec une coupette de champagne l’aurait peut être rendu plus indulgent.

Mais trêve de bavardage, passons à la critique, la vraie, et une bonne qui plus est. Ce n’était pas un défilé prêt-à-porter, on n’avait pas franchi le mont Haute Couture, mais on était bel et bien dans un show artistique et scénique d’une grande ampleur. Des costumes et des mises en beauté époustouflantes faisant de ces fantômes arty, des poupées voodoo grandeur nature au regard perçant et à la démarche zombiesque hypnotisant un public interrogateur. Et plus ces spectres aux couleurs pop déambulaient devant nos yeux écarquillés, plus on se demandait s’il n’en apparaissait pas de nouveaux au fil des minutes. Parce qu’on n’avait pas vu cette jeune silhouette bleu Klein à la démarche fantasmagorique parée d’un double visage il y a quelques minutes ; et celle-ci portant au sommet de sa chevelure une momie morbide, elle n’était pas là l’instant précédent. Troublant. Envoutant. Le tout sur une musique du DJ Mr. Nô et sur un jeu d’images et de lumières hypnotiques du VJ (Visual Jockey) Florian. J’ai encore en tête cet air, ces mots, qui résonnent sans cesse, « We are Fantômes ». Jean-Charles De Castelbajac a surpris, a troublé, mais c’était à prévoir, un grand designer pour une grande performance. Et du bout de ses feutres colorés des croquis savamment tracés tout au long du show, et un message « Merci Montréal », pour clôturer l’évènement. Merci à vous, monsieur l’artiste.

DSC_0542 DSC_0558 DSC_0559 DSC_0560 DSC_0573 DSC_0577DSC_0581 DSC_0590 DSC_0593 DSC_0597 DSC_0602 DSC_0614 DSC_0617DSC_0627

Photo : Monsieur Bilou

DSC_0636 DSC_0653 DSC_0655 DSC_0657 DSC_0667 DSC_0669

 Pics : Justine Paper

2 réflexions sur “ « Fantômes », défilé Jean-Charles De Castelbajac ”

  • 3 août 2013 à 0 h 04 min
    Permalink

    Castelbajac est sans hésiter un de mes créateurs préférés. Ce qu’il crée ne ressemble à rien d’autres et tout est toujours très coloré et un brin enfantin. Ce show avait l’air terrible à en voir les photos !

    Réponse
  • 3 août 2013 à 9 h 54 min
    Permalink

    tu es vraiment chanceuse!j’aimerais beaucoup assiter à ce genre d’evenements.

    Réponse

Laisser un commentaire